/les-sites-proposant-des-coffrets-par-abonnement-ont-le-vent-en-poupe/
Coups de coeur, Levée de fonds, News — 13 février 2012 17:44

Les sites proposant des coffrets par abonnement ont le vent en poupe !

Ecrit par

En France, les trois acteurs GlossyBox, JolieBox et MyLittleBox dominent le marché avec plus de 15 000 abonnées chacun et les levées de fonds dans le secteur se font à tour de bras.


Le principe

Pour une somme de 10 à 15€ par mois, un coffret contenant une sélection de produits et d’échantillons (souvent cosmétiques) ou encore des accessoires, est envoyé chaque mois à de nombreuses abonnées.

Le concept plaît aux clientes, qui peuvent ainsi découvrir et tester de nouveaux produits à moindre coût. Les marques partenaires peuvent quant à elles gagner en notoriété en touchant une cible nouvelle, et le site e-marchant enregistrer des revenus récurrents.


L’abonnement, un business model qui convainc

Pour preuve, le site français JolieBox a levé 1 million d’euros en octobre 2011 auprès du fonds d’investissement Alven Capital et de business angels, afin de s’implanter en Angleterre et de racheter son concurrent Boudoir Privé.

L’américain BeachMint, créé en 2010 par le fondateur de MySpace, Josh Berman, n’en est lui, pas à son premier tour de table. La société vient de lever 35 millions de dollars, auprès d’Accel Partners, New World Ventures, Goldman Sachs, Millennium Technology Value Partners ainsi que de ses actionnaires historiques afin de se déployer dans de nouveaux pays.

Au Royaume-Uni, c’est l’e-marchant Stylistpick qui réalise une levée de fonds à hauteur de 8,3 millions d’euros (6,9 millions de livres) auprès de Fidelity Growth Partners Europe afin de financer son expansion européenne. Bientôt en France, ce site proposera à ses abonnées de choisir un article (chaussure ou accessoire) parmi une sélection, chaque mois.


Des limites tout de même ?

En effet, cet engouement des clientes peut poser problème aux petites marques partenaires qui ne peuvent suivre la demande et le ciblage des coffrets est rendu difficile par l’audience croissante des e-marchants.

  • partager cette article :
  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • Digg

1 Commentaire

Laisser une réponses

— required *

— required *